Eloi Lanthiez : Mon ambition c’est de faire connaître l’assurance prévoyance aux indépendants

Temps de lecture : 3 min
interview-eloi
alice

Alice

Surfeuse de mots | 26.10. 2021

Eloi, qui es-tu ? 

Je m’appelle Eloi, j’ai 28 ans et j’habite à Paris. Depuis plus d’un an je suis CEO de Mutumutu, l’assurance prévoyance des indépendants. 

Peux-tu nous présenter rapidement ce que fait Mutumutu ?

Mutumutu est une prévoyance qui couvre les indépendants en cas de pépin, comme un accident ou une invalidité.

Pourquoi as-tu lancé cette prévoyance ? 

L’idée de Mutumutu est vraiment partie des indépendants : ce sont eux qui construisent l’avenir et qui prennent le plus de risque, mais ils sont aussi les moins bien couverts. Aujourd’hui seulement 1 indépendant sur 2 dispose d’une prévoyance (ndlr : Etude 2020 du CSA sur la prévoyance des TNS et dirigeants de TPE - 2020). C’est très peu, sachant qu’ils sont souvent sous pression : 15% sont en burn-out ou risquent de l’être (ndlr : Etude BPI France - 2016), et en cas de problème, la plupart des indépendants ne recevront quasiment rien de leur assurance maladie. 

On s’est aperçus en faisant nos recherches que la majorité des indépendants ne savaient pas bien ce qu’est une prévoyance. Et surtout, qu’ils n’ont pas vraiment confiance dans les assurances en général.

D’ailleurs quand je raconte aux gens que je travaille dans les assurances ça fait souvent un flop au premier abord ! Beaucoup de gens me disent “mon assurance n’est jamais là quand j’ai besoin d’aide” ! Clairement, en rejoignant Mutumutu j’avais vraiment envie de changer tout ça. 

Que proposes-tu avec Mutumutu pour y arriver ? 

Mon ambition c’était d’abord de faire connaître l’assurance prévoyance aux indépendants, leur expliquer concrètement ce que c’est : un filet de sécurité. Comme un motard qui porte un casque. On reste libre, on avance, mais en cas de soucis, on sait qu’on est protégé.

Ensuite, je voulais vraiment rendre la prévoyance plus accessible, repenser la manière dont elle était proposée sur le marché.

C’est pour ça qu’avec mon équipe, on a développé une prévoyance qui est vraiment sûre et complète : l’assuré est couvert dès le jour 1, on limite les exclusions, et on accompagne les gens en cas de besoin.

Un autre point, c’est au niveau de l’expérience utilisateur : on voulait en finir avec la paperasse des contrats d’assurance, les notes de bas de pages que personne ne lit, etc. Chez Mutumutu, on a un site internet simple et intuitif, sur lequel on peut souscrire sans se prendre la tête. Et toute l’expérience client est comme ça. 

Pour mieux coller au mode de vie des indépendants, qui ne savent pas toujours de quoi demain sera fait, on propose aussi une assurance sans engagement : elle est résiliable à tout moment, ce qui est rarement le cas chez nos concurrents. 

Mais surtout, ce qui me tenait le plus à cœur en tant que sportif (rugby !), c’était de récompenser les assurés qui vivent sainement. 

On le sait tous, c’est hyper important de faire du sport, de ne pas fumer, etc. Pour autant, on peut manquer de motivation pour s’y mettre. Et si on s’y met, qu’on fait du vélo tous les jours et qu’on n’est jamais malade, on voit rarement son assurance nous faire des cadeaux ! 

Alors chez Mutumutu on a osé le pari : pour motiver nos clients à faire des efforts régulièrement, nous reversons directement sur le compte en banque jusqu’à 30% du montant de leur abonnement. Ça se passe avec une appli, c’est hyper safe au niveau des données, et tout est automatique. 

Où en est Mutumutu aujourd’hui ? 

Aujourd’hui, Mutumutu est une jeune start-up qui vient tout juste de se lancer. Mais on s’agrandit et on a encore plein de projets qu’on veut mettre en place, et pour ma part, je suis impatient de pouvoir vous en dire plus. 

Retrouvez plus d’informations sur mutumutu.fr